Faites livrer votre panier bio et 800 autres produits locaux dans votre entreprise

Acheter local et bio ailleurs qu’en grandes surfaces est un acte que beaucoup de citoyens veulent faire. Topino.be veut faciliter cette démarche en rendant l’acte d’achat simple, varié (800 produits) et avec une totale transparence.

  • C’est simple : via le shop en ligne « livraison en entreprises », vous faites votre panier librement jusqu’au mardi minuit, vous payez en ligne (cartes de crédit ou cartes de débit) ou plus tard par virement et le vendredi, votre commande est livrée dans votre entreprise. Et pour la chaine du froid, les produits frais sont livrés en caisse isotherme avec des blocs réfrigérant.
  • C’est varié : 800 produits disponibles : pain, viande, fruits, légumes fromages, yaourts, bières, confitures … mais aussi corn flakes, nouilles, pâtes, curcuma, galettes de riz, vin, chocolat, thé, café, … Sur Topino.be, les produits frais viennent des producteurs locaux bio et l’épicerie vient des petits paysans du Sud en commerce équitable ;
  • C’est en totale transparence : pour chaque produit, vous savez qui le produit, quand, comment, où et, tous les ans, vous pouvez rencontrer chaque producteur lors de leur journée ferme ouverte ;

Concrètement, comment ca fonctionne ?

Il suffit d’avoir l’autorisation du responsable de l’entreprise pour organiser la livraison. Après, chaque employé fait sa commande individuellement et Topino.be s’occupe de tout le reste : paiement, livraison, matériel, newsletter, AFSCA, ….

Les bonus :

  • demandez la carte de fidélité et gagnez jusqu’à 80€ de réduction ;
  • utilisez le code « 1ERECOMMANDE » et gagnez 5€ sur votre 1ere commande ;
  • utilisez le code « GOFOR30000 » et gagnez 10€ sur votre commande de 60€ ;

panel produits light

La 3ème révolution agricole

agriculture-du-futur-1962

Tous les secteurs d’activité sont en révolution. A quelle révolution s’attendre pour le secteur de la production agricole et de la distribution alimentaire ?

Le secteur de la production agricole a connu sa première révolution grâce à la mécanique. Via la machine, les rendements agricoles ont progressivement explosé et le coût du travail a diminué. On a pu produire plus à moindre coût.

Plus tard, dans la foulée de la deuxième révolution industrielle qui doit tout au pétrole, la chimie est venue soutenir la mécanique en dopant littéralement les rendements.

Ces deux cycles de croissance arrivent à bout de course. La mécanique ne permet plus que de réduire la pénibilité du travail de l’unique exploitant agricole et la chimie est la cause d’impacts négatifs avérés sur l’environnement.

Les perspectives d’évolution reposent désormais sur les avancées liées à la génétique et aux nouvelles technologies. Grâce aux semences modifiées, l’alternative à la chimie et ses nuisances sur l’environnement est toute trouvée. Grâce aux nouvelles technologies (gps, domotique, imagerie satellite, …) les tracteurs rouleront seuls, les entrepôts se géreront automatiquement, les récoltes se feront à l’optimum de rendement de chaque parcelle.

Toutes ces évolutions sont la poursuite du modèle de croissance économique né de la deuxième révolution industrielle et basé sur des schémas de production de masse et centralisé, sur un pouvoir décisionnel hiérarchisé et sur l’infrastructure routière comme principale voie de communication.

Or, la troisième révolution industrielle est en marche. Nous allons vers des modes de production décentralisés, vers un système de pouvoir décisionnel latéral, vers internet comme principal mode de communication. Regardons le secteur des médias où tout un chacun est devenu photographe de presse d’un jour grâce à son smartphone. Où Facebook véhicule plus d’informations et plus vite que la somme de toutes les télés nationales. Regardons le secteur de l’énergie où les unités de production sur et dans les maisons individuelles se multiplient. Regardons le secteur de l’industrie où Lego revoie sa stratégie en investissant dans les parcs d’attractions et le cinéma puisque sur la production ils seront bientôt concurrencés par les imprimantes 3D qui permettront à chacun de créer ses propres blocs.

L’agriculture n’échappera pas à cette révolution. Elle va se réinventer autour du web comme principal vecteur de communication. Autour de petites exploitations familiales comme autant de mini-sites de production décentralisés et inter-connectés. Autour d’une transparence totale et d’un rapprochement direct entre le client et le producteur comme conséquence de l’avènement du pouvoir latéral.

Les conséquences directes de cette révolution ? Le producteur prendra le pas sur le distributeur dans sa relation avec le client. Le distributeur se mettra au service du producteur pour lui vendre des prestations administratives et logistiques. Le Web sera le principal canal de vente et d’organisation permettant de gérer en flux tendu l’offre et la demande, le transport et les échanges monétaires. Il s’en suivra une augmentation de la qualité de production (le producteur pouvant se concentrer sur cette seule activité en en maîtrisant tous les aspects et sous pression directe du client), une réduction du prix des produits de par une optimisation de la logistique, de nouvelles machines-outils, une création d’emplois agricoles grâce à la qualité et la transparence qui renforceront l’acceptation par le client de payer un prix juste.

Utopie ? Ce qui est sûr, c’est que cette révolution est déjà en cours.

Emotion Planet : 5% de réduction sur tous les voyages et des bons d’achat Topino de 10, 20 et 50€

Topino et Emotion Planet, quand deux projets à dimension locale se rencontrent !

Topino, vous connaissez, c’est la promotion des produits locaux en favorisant l’achat en vente directe via une plateforme internet libre et gratuite.

Emotion Planet, vous connaissez peut-être ou pas, c’est une agence de voyage belge qui propose aux voyageurs, que ce soit en individuel, petits groupes ou en famille avec enfants, des voyages axés sur la rencontre avec les populations locales. Mexique, Costa Rica, Equateur, Pérou, France, Maroc, Bénin et Mongolie, la philosophie est chaque fois identique : vous proposer des formules de voyage à la carte (libre, accompagné ou semi-accompagné) tournées vers la rencontre des populations locales.

Vous l’avez donc compris, Topino et Emotion Planet partagent une valeur commune : la promotion du local !

Nous avons donc décidé de nous associer et de vous offrir une double promotion :

  • 5% de réduction sur tous les voyages Emotion Planet (hors vols) pendant 18 mois à tous les utilisateurs Topino qui s’inscrivent chez Emotion Planet en mentionnant Topino ;
  • des bons d’achat de 10, 20 et 50€ valables 6 mois chez tous les producteurs Topino après réservation de voyages.

Comment ca marche concrètement ?

  1. Vous vous inscrivez sur Emotion Planet en mentionnant Topino et bénéficiez alors de 5% de réduction sur tous les voyages (hors vols) pendant 18 mois (offre non cumulable) ;
  2. Vous réservez votre voyage (et bénéficiez donc de la réduction) et recevez après votre retour un bon d’achat de 10€ (pour les voyages de moins de 500€), de 20€ (pour les voyages compris entre 501 et 1.000€) ou de 50€ (pour les voyages de plus de 1.001€) ;
  3. Vous passez commande sur Topino et recevez, une fois la commande clôturée, la valeur du bon d’achat sur votre compte bancaire.

Contactez Emotion Planet : 0473/66 84 66 ou EmotionPlanet.com

Offre valable jusqu’au 1er avril 2012.

Marchés de Noël, la saison commence

Marché du terroir à Sombreffe le 2 octobre 2010

Le 2 octobre 2010, le CPAS de Sombreffe organise toute une journée sur le thème de l’alimentation saine. Cela se déroulera au Centre Culturel de Ligny de 9h à 17h.
Au programme : conférences et animations, ateliers cuisines, restauration, animations musicales et marché du terroir.

Topino a décidé de s’associer à cet événement et d’en faire la promotion auprès de ces utilisateurs et producteurs.
Nous vous invitons donc vivement à participer à cette journée.

Pour les producteurs qui le souhaite, il est encore possible de réserver gratuitement un emplacement de vente pour le marché du terroir. Pour toute information, vous pouvez contacter Nathalie Artisien au 071/82.74.44

BBB, Limousin, Charolais, Simmental, Angus, Aubrac. Que cachent ses six noms ?

Quand on pense « vache », on pense bien souvent aux produits laitiers et à la viande, les deux types de dérivés que produit cet animal. Pour le commun des mortels, la vache a donc avant tout un rôle de production. C’est oublier que la bête (pas toutes les espèces) joue aussi un rôle d’entretien de l’espace rural dans sa capacité à pouvoir défricher et entretenir naturellement des terrains. Historiquement, les bovins jouaient aussi un rôle de traction animal mais celui-ci n’est plus (ou très marginal) un critère de sélection dans nos pays d’Europe occidentale.

Vouloir caractériser les différentes espèces de vache, c’est donc devoir les différencier sur base de leur capacité à produire du lait (on parle alors de vaches laitières), de la viande (on parle alors de vaches allaitantes et on parle de vache mixte quand elle sont élevées à la fois pour le lait et la viande), et à entretenir l’espace rural (que l’on peut définir sous le trait de la rusticité). Une vache peut bien sûr faire les trois mais comme pour beaucoup de choses, il y a des spécialistes dans chacune des catégories. Pour profiter de l’actualité récente, c’est un peu comme les coureurs cyclistes, certains sont parfaits pour le Tour de France, d’autres se sentent beaucoup mieux sur le Tour des Flandres et d’autres encore ne jurent que par les contre-la-montre. Bien sûr, il y a notre Eddy national mais je n’oserais pas faire la comparaison avec le présent article…
Mais revenons à nos…vaches.
Plusieurs offres sont actuellement disponibles sur Topino. J’en profite donc pour faire une petite présentation des 6 races concernées par ces offres parmi les quelques centaines de races bovines qui existent de par le monde :

1) Blanc Bleu Belge (BBB) : originaire de Belgique (Ciney), cette race est fortement présente en Wallonie et se retrouve également dans le nord de l’Europe. Elle constitue l’exemple typique de la race sélectionnée pour la production de viande. Elle ne peut d’ailleurs le cacher ! Les amateurs de viande seront ravis puisqu’elle produit de la viande maigre, tendre et avec beaucoup de morceaux nobles (idéal pour les grillades).
Son point faible est que son gène dit « cullard » a tellement été mis à profit qu’elle ne sait plus vêler naturellement. Tous les veaux naissent donc par césarienne ce qui oblige le suivi par un vétérinaire. Le cheptel belge s’élève à 1.080.000 bêtes.

2) Aubrac : originaire du sud du Massif central en France, on trouve cette vache surtout localement dans l’Aveyron, la Lozère, le Cantal et la Haute Loire. Sélectionnée à l’origine pour la traction et la production laitière, elle est dorénavant plutôt utilisée pour l’entretien de l’espace rural et la production de viande. Le cheptel français s’élève à 140.000 bêtes.

3) Angus : originaire d’Ecosse, on la trouve aujourd’hui partout dans le monde (Etats-Unis, Amérique du Sud, Australie et Europe). C’est une race bouchère qui produit une viande appréciée, finement persillée, gouteuse (assez grasse) avec un excellent rendement en viande. Le cheptel anglais s’élève à 10.000 bêtes.

4) Limousin : originaire de la partie occidental du massif central, elle est actuellement présente dans 70 départements français et dans plusieurs autres pays européens et sud-américains.
C’est une race bouchère rustique qui doit beaucoup à son passé d’animal de trait. Elle est appréciée pour sa viande qui a un grain particulièrement fin et est réputée pour sa tendreté. Elle est finement persillée, avec peu de gras.
Le cheptel français s’élève à 900.000 bêtes.

5) Charolais : originaire de la région de Charolles en Bourgogne, elle est actuellement présente partout dans le monde. Cette race est principalement à vocation bouchère appréciée pour la qualité de sa viande persillée et avec une faible teneur en gras. Elle est également rustique et capable de s’adapter à des milieux très différents. Le cheptel français s’élève à environ 1.850.000 bêtes ce qui en fait la première race bovine allaitante française en termes d’effectifs.

6) Simmental : originaire de l’Oberland bernois dans le canton du Valais en Suisse, cette race a été diffusée dans d’autres régions d’Europe pour profiter de ses qualités de vache laitière. C’est notamment à partir de son lait que son fabriquer les célèbres gruyère et emmental. Elle présente également d’excellente qualité de rusticité qui la font s’adapter aux régions plus pauvres en herbage.

Préparons notre commande – Producteurs

Bonjour à tous,

Je me présente, Belge habitant la France mais suivant de très près l’initiative TOPINO.be et jardinier convaincu.

Ce petit billet pour vous, futurs jardiniers et vendeurs sur topino.be, il est temps, après avoir retourné votre terre pour l’hiver, de préparer son « plan de culture ».

Pour moi aujourd’hui, il s’agit des pommes de terre. QUOI, des vulgaires patates ??? Hé bien non, même s’il est vrai que les pommes de terre de supermarché sont assez bon marché, vous n’avez pas toujours droit aux meilleurs produits. Que trouvent-on ? Charlotte, Bintje, Nicola…tout des noms connus en soi…mais qu’en est il des autres variétés ?

Vitelotte ou Truffe de Chine
Il en existe plusieurs milliers dont (pour la France) environs 140 reconnues et autorisées. Oui, vous avez bien entendu, une grande partie des variétés ne sont pas autorisées??KESAKO?? Non autorisées à la vente par des producteurs professionnels, maraichers, grandes surfaces, … mais pas pour des particuliers qui auraient fait passer cette variété de père en fils.

Le problèmes ??? la dégénérescence car les maladies et les virus s’installent dans les plans, réduisent le rendement et la qualité (souvent visuelle)…soit qualifiée impropre par les autorités compétentes alors que celles-ci ne posent pas de problèmes en réalité pour une production personnelle…

Soit, voilà où je veux en venir, Utilisons TOPINO.BE pour vendre ou donner des plans de variétés rares ou introuvables en grande surface et sauvons ensemble la diversité (on en parle beaucoup pour les relations humaines mais pas pour les légumes).

Voilà mon plan personnel pour l’année prochaine :

  1. Belle de Fontenay : précoce, rendement pas terrible, sensible au mildiou mais tellement délicieuse…
  2. Amandine : précoce, bon rendement, sensible au virus mais délicieuse en salade. Conservation +/-, cette année, je mange encore la récolte de Juillet.
  3. Elodie : gros rendement et super bonne en frites et chips (hé oui, on ne se refait pas)
  4. Bintje : gros rendement. 1ere année donc vous direz l’année prochaine ce que j’en pense. Variété connue et ne présentant pas un intérêt de sauvegarde mais bon…
  5. Ratte : Assez bien connue en France, proche de la « corne de gatte ». rendement faible et sensible au maladie. 1ere année de culture
  6. Pompadour : Label Rouge en Picardie (où j’habite) et donc reconnue pour ses qualités gustatives. Il s’agit en plus d’une variété presque éteinte qui reprend vigueur grâce à quelques agriculteurs de l’Oise et de la Somme. 1 ere année de culture si je trouve des plans (un des agriculteurs habite à quelques kilomètres, j’arriverai toujours bien à le convaincre)
  7. Corne de Gatte : En bon Belge, je fais découvrir cette variété des Ardennes belges au Français. Plans achetés en Belgique car introuvables par ici.
  8. Roseval : Pomme de terre à la peau rouge et chaire jaune, bon rendement, 1ere année de culture mais recommandée par un voisin (agriculteur pensionné au très beau potager…)
  9. Désirée : Peau rouge également, assez connue mais avec un bon rendement et peu sensible au maladie. Pourquoi ? Juste pour assurer une production de PDT moins sensible aux maladies (mildiou et autres).
  10. Vitelotte : peu connue, très tardive (150 jours de culture), mauvais rendement et sensible aux maladies…WHAT???Pourquoi??? je vous invite à une petite recherche sur google. Elle est aussi appelée Truffe de Chine, cela résume assez bien cette pomme de terre noire à la peu mauve et blanche et au goût de chataigne…Excellente en Frites et chips, ou bien sautée et de quoi impressionner vos invités à table quand vous leurs servirai une petite purée bleue. Pour info, elle redevient très à la mode dans les grands restos étoilés justement pour son originalité. Mais ils n’ont rien inventés…on peut néanmoins les remercier de remettre au goût du jour une pomme de terre oubliée.

Allez, bonne recherche sur les variétés que vous cultiverez l’année prochaine…et à bientôt pour les autres légumes…